Jours
Heures
Minutes
Secondes

L'ATLAS DU POST-APOCALYPTIQUE
Chapitre 2/4 | Histoire de la production d'un genre fictionnel

Voilà des années que l’essayiste Raphaël Colson compulse et compose son atlas sur la fin du monde. Et ce que cela donne en citant les chiffres laisse rêveur : 

215 ans d’histoire du genre post-apocalyptique représentant 52 pays pour 3682 œuvres références dans 20 supports d’expressions différents : cataclysmes, effondrements sociétaux ou écologiques, guerres voir invasions extra-terrestres.

Chaque jeudi de ce mois d’avril, un chapitre complet sera mis en ligne sur le site internet du festival un chapitre à découvrir en ligne mais aussi à télécharger en PDF.

En cas d’utilisation, merci de citer la source. 

Pour prendre contact avec Raphaël Colson, n’hésitez pas à utiliser notre formulaire de contact.

Page 1 :

L’objectif de cet épisode vise à établir une vue d’ensemble de la production, en privilégiant trois mises en perspective :

  • L’une concernant les pays contributeurs et leurs productions quantitatives respectives,
  • L’autre évoquant l’histoire de cette production, et enfin celle abordant les supports d’expression.

L’approche géographique 1/1 : perspective mondiale des pays contributeurs (Europe exceptée)

Page 2 :

L’approche géographique 1/2 : perspective européenne des pays contributeurs.

Page 3 :

La répartition entre œuvres produites et pays contributeurs met en lumière un fait incontestable : 4 nations (USA, Angleterre, France et Japon) assurent l’essentiel de la production, une réalité qui s’explique par le fait que ces nations cultivent une forte tradition en matière de science-fiction.

Puisque le référencement des œuvres post-apo ne peut être complet, tant la tâche est immense, nous avons choisi de présenter des tableaux comparatifs utilisant l’échelle du rapport de grandeur au détriment des pourcentages, car il importe de garder à l’esprit l’état provisoire de l’atlas post-apo.

Page 4 :

Ci-joint, un panorama chronologique de la production par pays contributeurs.

Page 5 :

Les œuvres référencées s’inscrivent dans deux types de catégories participant au calcul quantitatif (œuvre originale et adaptation) ;

Vient s’ajouter une troisième « catégorie », utilisée uniquement à titre consultatif et désignée par le terme de suite.

Ci-joint, une présentation de ces catégories par l’exemple.

Page 6 :

Ci-joint, un panorama chronologique de la production (œuvre originale et adaptation).

Page 7 :

Comme il a été énoncé dans l’épisode 1, les périodes historiques présentent des durées différentes : mise à part le cas particulier du XIXe, ces périodes peuvent s’étirer de 7 ans à 18 ans.

De fait, le panorama chronologique de la page précédente se révèle trompeur et, par conséquent, le calcul du nombre de créations annuelles (le nombre d’années divisée par le nombre d’oeuvres produites par période) s’impose comme le meilleur indicateur pour juger au mieux de la croissance quasi-continuelle du genre post-apo.

Page 8 :

Les œuvres post-apo nous parviennent sous toutes les formes d’expression, de la littérature à la bande dessinée en passant par le cinéma. Nous avons ainsi recensé 20 catégories répartis en 6 ensembles.

Ci-joint, une présentation de leurs poids respectifs.

Page 9 :

Ci-joint, un panorama chronologique de la production par supports.

Page 10 :

Ci-joint, un panorama de la production par support et par pays.

Page 11 :

Si les bloc littérature, bande dessinée et animation s’avèrent grosso modo homogènes, les blocs audiovisuel et vidéo-ludique (le jeu) intègrent un ensemble de supports qui méritent d’être distingués.

Ci-joint, le zoom sur le bloc audiovisuel

Page 12 :

Ci-joint, le zoom sur le bloc vidéo-ludique

A propos :

Les Intergalactiques sont portés
par l’association AOA Prod.

25 avenue des frères Lumière
69008 Lyon

Logo AOA Prod

Ecouter les podcasts

« Il n’y a pas de soutiens gorge dans l’espace » | avec Amazing Lucy et Le Meeea